Web-marketing : 4 nouveaux conseils pour une stratégie efficace.

Tirer parti de la puissance des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux jouent un rôle très important dans le succès du web-marketing. Selon les informations de Statista, il y avait environ 2,82 milliards d’internautes sur les réseaux sociaux à la mi-2019. Les utilisateurs des réseaux sociaux représentent environ 64% de l’ensemble de la population des internautes. Les trois principaux réseaux sociaux qui jouent un rôle clé dans les entreprises sont Facebook, YouTube et Instagram.

Plus de 30% des acheteurs en ligne effectuent des achats sur les réseaux sociaux, selon les dernières études. Un ratio élevé de plus de 23% d’acheteurs en ligne est influencé par les recommandations sur les sites Web de médias sociaux. Alors, il est important de mettre tous ses efforts dans le marketing des médias sociaux pour faire de son entreprise un succès commercial.

Utilisez la technologie de Réalité Augmentée

La RA est l’une des technologies les plus puissantes du commerce électronique et du marketing en ligne. Il est possible d’utiliser la technologie AR dans les applications mobiles afin d’augmenter considérablement le taux de conversion. La combinaison de la technologie AR, des images et du contenu vidéo peut participer à faire d’une entreprise un réel succès. 

Ciblez le bon segment de marché

Cibler le bon public est l’une des questions les plus complexes du web-marketing. Vous devez obtenir des informations exploitables sur les consommateurs, ce qui n’est pas possible sans l’utilisation d’outils et de technologies modernes. L’analyse des données des consommateurs pour étudier le comportement, l’intérêt, l’attitude, l’opinion, les valeurs et d’autres mesures ne peut être réalisée sans des outils d’analyse de données approfondis alimentés par l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique. Il est nécessaire d’explorer les données des réseaux sociaux, des publicités Google, des recherches en ligne, des visites de sites Web et bien d’autres pour trouver le bon public.

Lorsque le bon public est finalement établi, il est plus facile de lancer une campagne de web-marketing qui fournira les résultats souhaités. 

Toujours afficher un blog Web de qualité

Le marketing numérique est beaucoup plus efficace et durable par rapport aux formes traditionnelles de marketing. Il permet de créer une grande valeur ajoutée pour le public, qui recherche principalement du contenu lié à la connaissance, à l’apprentissage et à la compréhension. Les sites Web de blog doivent inclure des articles, des vidéos et des images de qualité qui offrent une valeur ajoutée aux clients. Cela améliore l’expérience utilisateur et la confiance en la marque. 

Quelques conseils pour un web-marketing efficace.

Quelles stratégies d’action pour une ONG ?

Quelques conseils pour un web-marketing efficace.

Chaque marketeur, tout comme un entrepreneur, sait que le contenu est roi dans le paysage numérique. La création d’un contenu qualitatif et son utilisation efficace dans le marketing numérique stimulent considérablement une entreprise. Le web-marketing joue un rôle très important dans le succès des entreprises modernes qui sont fortement influencées par le marketing numérique de nos jours.

L’impact du marketing Web sur les entreprises modernes

Les dépenses mondiales consacrées aux publicités de web-marketing étaient d’environ 283,35 milliards de dollars en 2018 et devraient atteindre 517,51 milliards de dollars d’ici 2023. Le web-marketing est devenu très critique pour toutes les entreprises d’aujourd’hui. Il permet de promouvoir des produits ou des services et d’augmenter les ventes. Les principaux composants du web-marketing comprennent les publicités sur les réseaux sociaux, les publicités Google, le marketing par e-mail, le marketing par SMS, les blogs, les vidéos, les guides pratiques, le référencement et d’autres éléments à valeur ajoutée sur le Web.

Le web-marketing peut multiplier par 3 les ventes et réduire considérablement les dépenses publicitaires. Les entreprises ne peuvent survivre sans une utilisation efficace du web-marketing sur le marché extrêmement concurrentiel d’aujourd’hui. 

Chaque entreprise de marketing numérique embauche des équipes de développement à distance par le biais de l’externalisation informatique pour répondre à la demande croissante de mise en œuvre des outils de marketing numérique au stade du développement Web. Le marketing en ligne permet d’économiser une somme substantielle sur les publicités par rapport aux formes traditionnelles de publicités.

Voici quelques conseils utiles pour un web-marketing efficace

Un web-marketing efficace est axé sur l’information et alimenté par la technologie dans les environnements Web modernes. Les dernières technologies, les multiples canaux de marketing, les clics etc sont utilisés dans le web-marketing moderne. Les principaux composants nécessaires à la stratégie de web-marketing sont les suivants:

  • des données précises,
  • un talent technique qualifié,
  • des outils logiciels puissants,
  • une forte audience sur le réseau.

Le site Web doit être optimisé pour le référencement

Jusqu’à 77 237 recherches par seconde sont effectuées uniquement sur le moteur de recherche Google. Selon les dernières recherches, plus de 39% du trafic de commerce électronique provient des moteurs de recherche et plus de 93% de l’expérience en ligne commence par le moteur de recherche. Dans de telles circonstances, le référencement joue un rôle essentiel dans le succès de toute entreprise. Le référencement aide à créer du trafic organique, ce qui est le plus efficace en termes de taux de conversion du site. Un site Web optimisé pour le référencement doit suivre toutes les règles de base du référencement. Ainsi, il se doit :

  • d’être bien conçu
  • d’être réactif
  • d’avoir un plan de site approprié
  • d’offrir un contenu précieux composé de vidéos, d’images, de texte et d’informations graphiques
  • d’avoir des mots-clés être correctement incorporés
  • d’avoir des back-links optimisés
  • d’être optimisé pour le référencement 

Comment fidéliser un consommateur ? Les stratégies de fidélisation. 

Comment fidéliser un consommateur ? Les stratégies de fidélisation.

Chez le consommateur, on dénombre deux types de fidélités distinctes. Tout d’abord la fidélité dite comportementale, c’est-à-dire passive, qui consiste par exemple à fréquenter le boulanger le plus proche de chez soi, simplement parce que c’est plus simple. Et à l’inverse, on retrouve la fidélité dite attitudinale, où le consommateur est fidèle par choix, par exemple quand il décide de faire 15 minutes de marche pour aller chercher sa baguette de pain car il la trouve meilleure que celles des autres boulangerie de sa ville. Pa rapport à ces fidélités, l’entreprise devra oeuvrer pour les maximiser, au travers de calculs utilisant différents indicateurs tels que les taux de rétention, taux d’attrition et Valeur à Vie Client, permettant d’indiquer ce que rapportera le client durant un certain nombre d’années à l’entreprise.

Du point de vue de l’entreprise, plusieurs formes de stratégies de fidélisation peuvent être mises en œuvre : la fidélisation induite, et la fidélisation recherchée. La fidélisation induite se caractérise par une situation de fidélité totalement subit par le consommateur, dans laquelle il y a une volonté explicite de l’entreprise de limiter la liberté du consommateur. Deux exemples illustrent bien ce type de fidélisation : les forfaits mobile avec engagements, durant lesquels le consommateur est contraint de rester chez l’opérateur, qu’il soit satisfait, ou non, et Canal+, qui utilise cette stratégie depuis plusieurs dizaines d’années maintenant. Une autre stratégie de fidélisation est la stratégie de fidélisation recherchée. Cette dernière est très différente et se caractérise par un comportement de fidélité obtenu par la mise en place d’actions marketing, où le but ne sera pas de restreindre la liberté du conso mmateur mais au contraire de séduire le consommateur en toute liberté. C’est notamment la stratégie mise en œuvre au travers des forfaits sans engagements, où le consommateur a la possibilité de se désengager du jour au lendemain, très rapidement et très facilement.

Une entreprise, lorsqu’elle veut mettre en place une stratégie de fidélisation recherchée, va mettre en place différents outils, tels que les programmes de fidélisation et de plus en plus, la Gestion Relation Client.

Les programmes de fidélisation vont avoir plusieurs objectifs, objectifs qui nécessitent l’utilisation d’outils particuliers. Le programme de fidélisation peut toucher uniquement la dimension transactionnelle, c’est-à-dire que l’entreprise se rendra compte que tell consommateur n’a pas acheté depuis un certain temps et l’incitera finalement à acheter rapidement avec la mise en place de carte de fidélité, de récompenses, de SMS, de lettre d’informations… Autre objectif, la dimension relationnelle, qui ici sera plus personnalisée avec par exemple un emailing très personnalisé, affichant le nom du client pour son anniversaire. Enfin, la dimension statutaire, fidélisation très forte où le client fait quasiment partie de l’entreprise, prend part à des parrainages, est convié à des ventes privées, fait partie du club des vente de l’entreprise etc. Le deuxième outil utilisé par les entreprises est beaucoup plus récent : la Gestion Relation Client (GRC). Elle consiste à rassembler des informations individualisées et détaillées sur les clients pour mettre en place des actions visant à les fidéliser. L’entreprise recueille alors des informations sur le web, les traite et les stocke dans la base de données de l’entreprise et les utilise ensuite pour mettre en place et mener des opérations de fidélisation individualisées.

Quelles étapes suivre pour réaliser son étude de marché ?

Lire aussi : Les grands domaines et les application de l’option photonique.

Quelles stratégies d’action pour une ONG ?

Les ONG (Organisations Non-Gouvernementales) définissent des stratégies d’action sur plusieurs années, concernant les zones d’action et les domaines sur lesquels elles souhaitent agir. Ces stratégies sont définies en fonction de l’urgence des besoins existants, et de leurs compétences. Par la suite, pour mettre en place leurs actions, les ONG vont répondre à des appels à projets, émis par les bailleurs de fonds. Ce sont des organismes qui financent des actions humanitaires.

Par exemple, dans le cas où la France décide de débloquer une certaine somme d’argent pour aider les victimes du conflit en République Centre-africaine, cet argent sera alors confié à un bailleur de fonds. Ensuite, les ONG qui répondent le mieux à ses propositions se verront attribuer une part de ces fonds pour réaliser leur mission. Les interventions des ONG dépendant donc à la fois de leur stratégie interne, et de celles des bailleurs de fonds, qui définissent les domaines et les zones d’action pour lesquelles elles offrent des financements. 

En parallèle, une ONG peut également avoir des fonds propres, et faire appel à des dons privé ou bien à des mécènes pour se financer. En 2018, la France comptait 5,16 millions de foyers ayant déclaré un don, soit 7,5% de la population française ! 

Le fonctionnement d’une ONG peut parfois ressembler à celui d’une entreprise classique. Elle compte une importante diversité de métirs au siège, et sur le terrain. Pour coordonner au mieux leurs actions, les ONG sont déployées sur plusieurs niveaux. Il y a tout d’abord le siège, basé dans le pays d’origine de l’ONG, qui définit le projet en accord avec l’appel à projets et les bailleurs de fonds en amont, et passe les commandes nécessaires à l’approvisionnement, afin de les dispatcher entre les bases nationales. Viennent donc ensuite ces bases nationales, qui sont le plus souvent dans la capitale, ou capitale régionale du pays d’intervention, et mettent en place les grandes lignes nationales des missions et les règles des ressources humaines. Elles comprennent aussi la coordination supports et techniques qui pilotent les bases locales. Ces bases locales, localisées au plus près des populations ciblées, mettent en place des activités sur le terrain et adressent un rapport mensuel à la coordination pays, entre autres. 

Les différents métiers nécessaires au bon fonctionnement d’une ONG s’organisent autour de ces différents niveaux, et représentent la totalité des travailleurs de l’ONG. Qu’ils soient locaux ou expatriés, les travailleurs des ONG se regroupent en différents statuts : salariés, volontaires, et bénévoles. Le salarié perçoit une rémunération, ce qui implique un engagement de sa part à plus long terme. De ce fait, plusieurs années d’expérience lui sont demandées, qu’elles soient acquises dans l’humanitaire, ou non. Le bénévole, lui, ne perçoit aucune rémunération. Tous les frais sont à sa charge, même si dans certains cas, les ONG s’occupent de l’hébergement et de la restauration. Le bénévole s’engage, sans toutefois avoir une quelconque obligation légale ou autre contrat de travail. Quant au volontaire, il ne perçoit pas non plus de rémunération, mais une indemnité de subsistance. Les volontaires représentent environ 80% des humanitaires expatriés. 

Tous ces niveaux permettent la bonne mise en place du projet, un suivi efficace, et assure de ne pas sortir des objectifs prévus. La coordination à plusieurs niveaux reste primordiale pour garder une cohérence entre tous les acteurs internes et externes à l’ONG. 

Les étapes à suivre pour réaliser son étude de marché.

Quelles étapes suivre pour réaliser son étude de marché ?

Dans la cadre d’une création d’entreprise particulièrement, l’étude de marché est l’étape essentielle pour comprendre l’environnement dans lequel vous allez évoluer. Si vous avez déjà analysé le marché global du secteur d’activité de votre entreprise, il vous faut désormais vous concentrer sur le marché de votre entreprise, notamment les futurs clients et les futurs concurrents de votre offre. L’objectif est alors de comprendre le potentiel du marché pour votre offre. 

L’étude de marché se divise en quatre étapes. 

1- Segmenter ses clients. En effet, la première erreur que beaucoup commettent hélas, est de vouloir toucher tout le monde. Gardez bien à l’esprit que quand on vend tout à tout le monde, on ne vend rien à personne ! Vous n’arriverez jamais à développer votre offre si vous ne vous concentrez pas sur votre cœur de cible, c’est-à-dire les personnes pour lesquelles vous résolvez un vrai problème. Pour définir ce cœur de cible, vous pouvez choisir un critère socio-démographique (âge, profession…), un critère psychographique (mode de vie, opinions…) et enfin, un critère comportemental. 

2- Comprendre son client. Il vous sera essentiel de bien comprendre votre client pour mieux comprendre son problème et son besoin ! Pour se faire, vous pourrez vous aider de l’Empathy Map. Cette dernière vous permettra de rentrer dans la vie de votre cible lorsque celle-ci est confrontée à un problème. Que pense-t-il ? Que voit-il ? Qu’entend-il ? Que fait-il ? Cette carte vous permettra de répondre à toutes ces questions et ainsi de cerner au mieux votre cible. Pour utiliser cet outil, vous devrez cependant impérativement confronter vos hypothèses au terrain, en réalisant notamment des interviews avec vos cibles. 

3- Connaître ses concurrents. Il est important de s’informer sur ses concurrents. En effet, vous devrez apprendre d’eux, mais vous devrez aussi prendre votre place à côté d’eux. De plus, plus vous aurez de concurrents et plus vous montrerez à vos investisseurs qu’il existe un marché dynamique et que vous y avez votre place. Il existe trois types de concurrents. Le concurrent direct d’abord, qui propose la même offre que vous, le concurrent indirect, qui ne propose pas la même offre que vous mais qui répond au même problème que vous. Par exemple, si vous êtes fleuriste, vous pouvez être en concurrence avec le chocolatier en face de chez vous. Pourquoi ? Les fleurs et le chocolat sont deux cadeaux très appréciés et très souvent offert lorsque l’on va chez des amis notamment ! Enfin, il y a les futurs concurrents, qui sont des acteurs qui n’existent pas encor,e ou des acteurs déjà implantés sur le marché qui pourraient être des partenaires mais aussi de sérieux compétiteurs s’ils décidaient de lancer le même marché que vous. 

4- Se positionner. Pour ne pas entrer en confrontation directe avec vos concurrents, vous devrez vous positionner pour trouver le segment de clients qui n’est pas encore adressé par votre offre. C’est ainsi que vous pourrez toucher un fort cœur de cible pour asseoir votre entreprise et penser ensuite à son développement. 

Il est important de réaliser cette étude de marché avant de vous lancer ! Cela vous permettra de comprendre vos concurrents, et ainsi de pouvoir vous positionner à côté d’eux et donc de comprendre vos clients pour leur proposer l’offre de leur rêve. L’objectif final étant évidemment de bien vendre !